Newsletter

Pour recevoir les nouvelles du site, entrez votre courriel et cliquez sur « Je m’abonne »

Le dialogue interreligieux au Proche-Orient, Servir, 12.2016

Article paru dans la revue Servir, n. 179, décembre 2016, p. 57-58.

servirff

La diversité religieuse du Proche-Orient le constitue en un lieu de dialogue par excellence. Loin de se réduire à une simple curiosité intellectuelle, celui-ci se révèle comme une exigence pour la paix.

L’impulsion première du dialogue interreligieux est chrétienne occidentale datant des années 1950. Cependant, des communautés chrétiennes du Proche-Orient s’engagèrent sur cette voie et jouèrent un rôle pionnier. Dès les années 1960, nombre de théologiens, d’ecclésiastiques, d’acteurs sociaux et de gens de bonne volonté initièrent un dialogue qui prit, essentiellement, une tournure islamo-chrétienne. Le partenaire musulman ne tarda pas à rejoindre les chrétiens, et le dialogue répondit à des exigences multiples.

Ainsi, il est universitaire, s’appuyant sur les compétences des différentes spécialistes. Il est politique, honorant des alliances entre différentes composantes des pays. Il est social, s’inscrivant dans le cadre des défis sociaux communs. Il est surtout un dialogue de vie, révélant un chemin plus que millénaire qu’effectuèrent ensemble les chrétiens et les musulmans, bon an mal an, dans cette partie du monde.

Le rôle des chrétiens dans ce dialogue est premier. Ils sont effectivement les initiateurs d’une réflexion théologique sur l’islam qui le réhabilite. Ils sont l’occasion du dialogue à travers les espaces sociaux, universitaires et politiques qu’ils créèrent, lesquels permettent la diversité, la réflexion et la rencontre. Citons à titre d’exemple des instances investies dans cette entreprise : l’Université Saint Joseph de Beyrouth, la fondation Adyan (Liban), le centre Sabeel (Palestine), l’Institut dominicain d’études orientales (Égypte) et bien d’autres.

L’Œuvre d’Orient est engagée pour ce dialogue. Elle édite des écrits le concernant, organise des tables rondes, subventionne des acteurs du dialogue (comme Adyan par exemple) et clame sa conviction en sa nécessité à l’occasion de conférences et communiqués.

Le dialogue, ce pari pour le vivre ensemble, est une voie d’avenir dans un monde de plus en plus pluriel, une antithèse à la guerre et à la violence.

Antoine Fleyfel

Université catholique de Lille

Professeur de théologie et philosophie

Œuvre d’Orient

Responsable du dossier académique

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>