Newsletter

Pour recevoir les nouvelles du site, entrez votre courriel et cliquez sur « Je m’abonne »

“La royauté jordanienne combat les islamistes”, Famille chrétienne, 23.10.2018

logo_V2

Famille chrétienne | 23/10/2018 | Numéro 2128 | Par Hugues Lefèvre

Comment la Jordanie fait-elle pour préserver chez elle la paix ? Éléments de réponse avec Antoine Fleyfel, spécialiste des chrétiens d’Orient (1).

Pourquoi la Jordanie a-t-elle été globalement préservée du terrorisme islamiste ?

La première raison est que la royauté combat les islamistes depuis les années 1980. Elle a tout fait pour les écarter du pouvoir, en particulier les Frères musulmans, dont l’idéologie n’est pas très éloignée de celle des salafistes djihadistes.

Ensuite, le royaume prône un islam modéré. Il met en avant son ouverture religieuse et encourage le dialogue interreligieux. Sur le plan diplomatique ensuite, la Jordanie entretient de solides alliances avec l’Occident, en particulier avec les États-Unis, présents militairement sur place. Cette ouverture diplomatique contribue à assurer au pays la stabilité. Enfin, la sécurité à l’intérieur du pays est très présente, notamment à Amman, où les lieux sensibles et touristiques sont très protégés.

Cette stabilité est-elle pérenne ?

Très probablement, surtout si l’alliance avec les États-Unis se poursuit. Personne n’a intérêt à ce que la Jordanie soit déstabilisée. Ni les Occidentaux, ni Israël, ni les pays du Golfe. Mais il faut être vigilant face à la montée de l’islamisme. La situation économique du pays est très dégradée. On parle d’un taux de chômage d’au moins 18 %, et de 20 % de Jordaniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Or, on sait que les mouvements islamistes trouvent leur principal carburant dans la dégradation de la situation sociale. D’ailleurs, derrière les manifestations des derniers mois, on trouve parmi les principaux acteurs les Frères musulmans.

Le poids des réfugiés fragilise-t-il le modèle jordanien ?

Le pays vit sous perfusion de l’aide occidentale et du FMI. L’arrivée massive de réfugiés a provoqué un afflux de main-d’œuvre très bon marché. La fermeture de la frontière avec la Syrie a gelé une partie du commerce. Aujourd’hui, la Jordanie est un pays pauvre, où la vie est chère. La démographie y est très singulière : certaines sources disent qu’il n’y a que 20 % de Jordaniens de souche. Les autres sont des réfugiés palestiniens (60 %), syriens (10 %) ou irakiens (7 %). La fin de la crise syrienne devrait toutefois soulager l’économie jordanienne.

Hugues Lefèvre

(1) Professeur de philosophie et de théologie à l’Université catholique de Lille, auteur notamment de Géopolitique des chrétiens d’Orient, L’Harmattan, 2013.

 

Antoine Fleyfel, 70 ans d’Israël / Une vision messianique, RFI, 17.06.2018


Interviewé par Geneviève Delrue sur RFI le 17.06.2018

Les dieux criminels, L’Homme Nouveau, 03.2018

Paru dans L’Homme Nouveau, bimensuel catholique, mars 2018.

logo

Allant à l’encontre d’une idée répandue selon laquelle l’implication d’une religion dans les conflits résulte de son instrumentalisation par la politique, Antoine Fleyfel nous donne ici à « comprendre comment les doctrines religieuses elles-mêmes, soumises à des exégèses très précises, servent de fondement surnaturel et eschatologique à des mouvements monstrueux ». On ne peut qu’approuver cette démarche qui contribue à éclairer l’intelligence de situations trop souvent difficiles à saisir par les esprits occidentaux façonnés par le rationalisme. L’origine libanaise de l’auteur, qui enseignement à l’université catholique de Lille, l’a sans doute préparé à cet exercice bien utile.

Évangélisme sioniste, sionisme religieux et salafisme djihadiste : ces trois idéologies religieuses se retrouvent au Proche-Orient en position offensive. Émanation du protestantisme anglo-saxon, le premier mouvement (40 millions de fidèles) considère l’avènement d’Israël comme relevant directement des prophéties bibliques et donc lié à l’histoire du salut ; pour ses adeptes, Jérusalem doit être reconnue capitale indivisible de l’État hébreu. Dérivé du sionisme laïque originel, le second a été récupéré par des juifs orthodoxes fondateurs du Goush Emounom (Bloc de la foi), fer de lance de la colonisation et opposé à tout compromis avec les Palestiniens. Enfin, le troisième s’enracine dans une conception radicale de l’islam dont Al-Qaïda et Daech sont les expressions les plus récentes. Il va de soi qu’aucune paix n’est envisageable à partir de tels programmes. Antoine Fleyfel prend soin toutefois de mettre en évidence les opposants chrétiens, juifs et musulmans à ces idéologies mortifères. Celles-ci épargnent le catholicisme, réalité qui doit être prise en compte dans toute évangélisation honnête des enjeux politico-religieux du monde actuel.

L’Homme Nouveau

Annie Laurent

Mars 2018

Antoine Fleyfel: “Les chrétiens d’Orient ne vont pas disparaître”, cath.ch, 27.03.2018

Malgré les difficultés majeures et les défis auxquels ils sont confrontés, les chrétiens d’Orient ont encore un avenir et ne vont pas disparaître. Telle est la conviction du théologien et philosophe franco-libanais Antoine Fleyfel. Dans les sociétés arabes, profondément perturbées par l’islamisme radical, les chrétiens ont un rôle essentiel à jouer pour le dialogue et pour la paix.

cath-info

Auteur d’une Géopolitique des chrétiens d’Orient parue en 2013, Antoine Fleyfel a dressé à l’Université de Fribourg le tableau complexe de la situation des chrétiens dans les divers pays du Proche-Orient arabe. A la dénomination très large de chrétiens d’Orient, il préfère celle plus précise de chrétiens arabes présents dans six pays: Liban, Syrie, Irak, Jordanie, Israël-Palestine et Égypte. Au-delà de leurs diversités évidentes, ces chrétiens partagent trois traits communs: la culture et la langue arabe, la cohabitation avec l’islam et la cause palestinienne.  “Nous sommes des chrétiens de culture musulmane”, ose le professeur de l’Institut catholique de Lille, invité par l’Œuvre d’Orient.

Continue reading Antoine Fleyfel: “Les chrétiens d’Orient ne vont pas disparaître”, cath.ch, 27.03.2018

Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, et la prochaine guerre sera une guerre d’idées, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

أنطوان فليفل: الأصولية تنادي الأصولية.. والحرب المُقبلة فكرية

header-logo

اختار البروفيسور في جامعة ليل الكاثوليكية أنطوان فليفل أن يكون الصوت القوي في الغرب عن الشرق، بحضاراته وفكره وتعدد دياناته وخصوصياته، منحازاً للغة العربية التي يدرسها للمغتربين من خلال مدرسة أسسها للغاية. ناقد آثر أن يكون أكاديمياً جامعياً بدلاً من سلوك الدرب الأكليريكي. منتقداً حيث يجدر الانتقاد، ومصوباً حيث تطغى الأسطورة على الفكر والوقائع. مؤمناً بأن كل مسيحي هو ابن بيئته أولاً، وبأن الآخر المختلف إنما يكمل ولا يلغي. مفكراً صدرت له سبعة مؤلفات وأكثر من مئة مقالة في الفلسفة واللاهوت وجيوسياسة الأديان. مديراً لمعهد اللاهوت التطبيقي في جامعة ليل الكاثوليكية، وأستاذاً زائراً في معهد بيرناردان «Collège des Bernardins» وفي جامعة القديس يوسف في بيروت، ومسؤولاً عن الملف الأكاديمي في جمعية أعمال الشرق (Œuvre d’Orient) التي تُعنى بمساعدة مسيحيي الشرق منذ تأسست في العام 1856.

Continue reading Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

Antoine Fleyfel, Les dieux criminels, 06.03.2018, Télé Liban

 

 

Antoine Fleyfel, Trois façons de criminaliser la religion, 12.02.2018, RCF

Interviewé par Béatrice Soltner, le 12.02.2018, RCF

Antoine Fleyfel, Les dieux criminels, RFI, 28.01.2018

Interviewé par Geneviève Delrue, le 28.01.2018. RFI

Antoine Fleyfel, Enquête au coeur des fondamentalismes, Radio Méditerranée, 22.12.2017

Interviewé par Mounia Belarbi le 21.12.2017.
Radio Méditerranée

 

Antoine Fleyfel, La barbarie des fondamentalismes, TV5, 01.11.2017

 

Passage sur TV5 Monde pour parler de la parution du nouvel ouvrage, Les dieux criminels, Cerf, Paris, 2017.

01.11.2017