Newsletter

Pour recevoir les nouvelles du site, entrez votre courriel et cliquez sur « Je m’abonne »

L’Institut chrétiens d’Orient s’ouvre à l’Arménie, Nouvelles d’Arménie Magazine, Mars 2021

En février et mars, l’Institut des Chrétiens d’Orient (ICO), qui a ouvert ses portes en octobre 2020, propose une session de cours sur l’histoire et la géopolitique de l’Arménie. Antoine Fleyfel, son directeur, revient sur les motivations de son engagement en faveur de la cause arménienne.

282NAM__

Nouvelles d’Arménie Magazine : Vous êtes un jeune théologien et un philosophe franco-libanais, est-ce tout naturellement que vous en êtes venu à travailler sur la thématique des Chrétiens orientaux ?

Antoine Fleyfel : Je suis un enfant de la guerre libanaise. À treize ans, j’étais déjà impliqué politiquement pour la présence et l’avenir des Chrétiens. Un peu avant mes 16 ans, mon expérience de foi en Dieu a profondément bouleversé le cours de ma vie. Avec ma foi, mon engagement pour les chrétiens du Liban et de l’Orient arabe a revêtu un sens spirituel, la passion de témoigner et de défendre ces communautés contre tous les dangers existentiels qui les guettent. Ma condition a fait que je n’ai jamais été un maronite fanatique emprisonné dans sa confession. Mes parents sont maronites, mais ma grand-mère qui m’a élevée est grecque orthodoxe. J’ai été baptisé en Syrie dans la ville chrétienne de Saydnaya chez les Grecs orthodoxes. J’ai fréquenté dans mon enfance et mon adolescence une église évangélique qui m’a permis de connaître aussi le protestantisme. J’ai donc, dès le départ, une sensibilité vis-à-vis de toutes les communautés. Ma connaissance des Églises, ma foi et mon engagement ont fait que toutes les Églises d’Orient sont devenues pour moi une partie de ce que je suis. Mes amis arméniens, coptes, et syriaques m’ont conforté dans cet engagement supra confessionnel.

Continue reading L’Institut chrétiens d’Orient s’ouvre à l’Arménie, Nouvelles d’Arménie Magazine, Mars 2021

Autour de la visite du pape en Irak, 16.12.2020, I.MEDIA

La venue du pape à Mossoul semblait absolument inenvisageable il y a encore peu”, confie Antoine Fleyfel à I.MEDIA

imedia

L’annonce du prochain voyage du pape François en Irak suscite de nombreux espoirs pour les chrétiens de ce pays dont le nombre n’a cessé de diminuer ces dernières années. Le professeur Antoine Fleyfel, spécialiste de la géopolitique des chrétiens au Moyen Orient et directeur de l’Institut chrétiens d’Orient, analyse les enjeux de la prochaine visite papale.

 

En quoi le patriarche des Chaldéens, sa Béatitude Sako, a-t-il raison de dire que le voyage du pape sera prophétique ?

C’est d’abord la première fois qu’un pape visite l’Irak, terre d’origine du christianisme oriental. Ensuite, ce voyage intervient dans un contexte très troublé pour les chrétiens. Ils sortent très fortement affaiblis par des années de souffrances. Désormais, ils sont une petite minorité, à tel point que certains prétendent que la communauté chrétienne en Irak vit ses dernières heures. C’est là que le caractère inédit de ce voyage rejoint le caractère prophétique.

Dans la Bible, un prophète n’est pas d’abord celui qui prédit l’avenir mais bien celui qui dit une parole de vérité face à l’injustice, la destruction, la haine ou bien la mort. Les prophètes interviennent souvent dans les situations pénibles et n’hésitent pas à prononcer des paroles difficiles à entendre. Le pape François va se rendre en Irak avec une parole de vérité. Il dénoncera les maux qui ont mis le pays à terre. Il pointera peut-être les situations de blocage politique, le fanatisme religieux ou bien la misère dans laquelle vit une grande partie de la population.

Continue reading Autour de la visite du pape en Irak, 16.12.2020, I.MEDIA

Un nouvel institut d’étude des chrétiens d’Orient, La Croix, 06.07.2020

Un nouvel institut d’étude des chrétiens d’Orient

la-croix1

À la rentrée 2020, l’Institut des chrétiens d’Orient proposera quatre cours au grand public et une plateforme à destination des chercheurs.

Soutenue par l’Œuvre d’Orient, cette nouvelle structure a pour objectif de se développer largement, sans concurrencer les structures déjà existantes.

C’est un « engagement personnel » qui anime Antoine Fleyfel. Le Franco-Libanais, professeur en théologie et philosophie, dirige le nouvel Institut des chrétiens d’Orient. Celui-ci ouvrira ses portes au 1er octobre dans les locaux de l’Œuvre d’Orient et des Sœurs Antonines, à Paris.

Il revendique une approche pluridisciplinaire, au-delà de certains raccourcis : « La réalité des chrétiens d’Orient ne se résume pas aux icônes, à l’encens, affirme-t-il. L’Institut ne sera pas non plus un centre de formation spirituelle ou pastorale. » Sciences sociales, sociologie, histoire, littérature, théologie sont entre autres au programme.

Après un an et demi de préparation, les contours de la première session ont été dévoilés : quatre cours, de douze séances de deux heures chacun, seront proposés sur « la géopolitique des chrétiens d’Orient », « la pensée chrétienne au Liban », « la patrologie orientale » et « islam et christianisme ». Antoine Fleyfel compte sur l’expérience du confinement pour mettre à disposition trois cours en ligne et « permettre à des personnes hors région parisienne de suivre les enseignements ».

Continue reading Un nouvel institut d’étude des chrétiens d’Orient, La Croix, 06.07.2020

Le Liban enlisé dans une crise politique, RCF, 02.03.2020

Au Liban, la situation se dégrade de jour en jour au niveau social, économique et financier. Une crise qui pourrait conduire à l’effondrement et déstabiliser la région.

Émission : Le temps de le dire, RCF, présentée par Sophie Nouaille, le 02.03.2020.

Invités : Antoine Fleyfel et Luc Balbon

Faut-il avoir peur de l’islam ? Annales d’Issoudun, octobre 2019

Interview d’Antoine Fleyfel réalisée par les Annales d’Issoudun, numéro d’octobre 2019.

Propose recueillis par Nathalie Duplan.

Issoudun

1. La plupart des Français ont peur de l’islam, politique ou religieux, et des musulmans. Ces craintes sont-elles fondées ?

Ces craintes sont fondées sur bien des amalgames et sur une ignorance de l’islam qui est un univers très riche, contradictoire, varié, multiple, sujet à instrumentalisation et sous tension. On trouve par exemple dans l’islam, la violence du salafisme jihadiste et l’amour prôné par le soufisme, l’islam politique voulant instaurer un État islamique et l’islam libéral qui sépare nettement politique et religion. Aujourd’hui, ce ne sont malheureusement pas les meilleures figures qu’on entend le plus, et des comportements de facture communautariste brouillent le regard. Les Français doivent certainement être alertes lorsque ce qui fait la France (démocratie, droits de l’homme, égalité des sexes, diversité, etc.) est compromis ; cependant, il faudra aussi regarder ce qu’apportent de positif bien des Français musulmans à la France, depuis plusieurs décennies.

2. Dans Les dieux criminels, vous évoquez les dérives et extrémismes de diverses religions. Toute confession est-elle potentiellement dangereuse ou susceptible d’être instrumentalisée ?

Bien sûr ! Le texte sacré en soi n’a pas de sens. Il n’en revêt un qu’une fois lu et interprété, et c’est là où le bât blesse. Car on peut faire dire au texte une chose et son contraire. Les grandes figures du soufisme (Hallaj, Rabi’a ou Ibn Arabi) et du salafisme (Ibn Taymiyya, Abdelwahhab ou Qutb), lisaient tous le même Coran. Or les fruits de leurs lectures se situent aux antipodes. Les interprétations exclusives, fondamentalistes ou violentes d’une religion dépendent très souvent de graves vicissitudes ou d’une volonté de mainmise politique instrumentalisant la religion. Cela est aujourd’hui évident pour l’observateur de l’évolution de l’islam. Aucune religion n’échappe à cette règle qui trouve à sa source, non la volonté divine – loin de là –, mais le désir humain d’incarner ses idéaux en interprétant le texte sacré dans un sens qui lui convient. Heureusement qu’il existe des magistères, des théologiens et des penseurs critiques pouvant dénoncer ce genre de dérives.

Continue reading Faut-il avoir peur de l’islam ? Annales d’Issoudun, octobre 2019

“La royauté jordanienne combat les islamistes”, Famille chrétienne, 23.10.2018

logo_V2

Famille chrétienne | 23/10/2018 | Numéro 2128 | Par Hugues Lefèvre

Comment la Jordanie fait-elle pour préserver chez elle la paix ? Éléments de réponse avec Antoine Fleyfel, spécialiste des chrétiens d’Orient (1).

Pourquoi la Jordanie a-t-elle été globalement préservée du terrorisme islamiste ?

La première raison est que la royauté combat les islamistes depuis les années 1980. Elle a tout fait pour les écarter du pouvoir, en particulier les Frères musulmans, dont l’idéologie n’est pas très éloignée de celle des salafistes djihadistes.

Ensuite, le royaume prône un islam modéré. Il met en avant son ouverture religieuse et encourage le dialogue interreligieux. Sur le plan diplomatique ensuite, la Jordanie entretient de solides alliances avec l’Occident, en particulier avec les États-Unis, présents militairement sur place. Cette ouverture diplomatique contribue à assurer au pays la stabilité. Enfin, la sécurité à l’intérieur du pays est très présente, notamment à Amman, où les lieux sensibles et touristiques sont très protégés.

Cette stabilité est-elle pérenne ?

Très probablement, surtout si l’alliance avec les États-Unis se poursuit. Personne n’a intérêt à ce que la Jordanie soit déstabilisée. Ni les Occidentaux, ni Israël, ni les pays du Golfe. Mais il faut être vigilant face à la montée de l’islamisme. La situation économique du pays est très dégradée. On parle d’un taux de chômage d’au moins 18 %, et de 20 % de Jordaniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Or, on sait que les mouvements islamistes trouvent leur principal carburant dans la dégradation de la situation sociale. D’ailleurs, derrière les manifestations des derniers mois, on trouve parmi les principaux acteurs les Frères musulmans.

Le poids des réfugiés fragilise-t-il le modèle jordanien ?

Le pays vit sous perfusion de l’aide occidentale et du FMI. L’arrivée massive de réfugiés a provoqué un afflux de main-d’œuvre très bon marché. La fermeture de la frontière avec la Syrie a gelé une partie du commerce. Aujourd’hui, la Jordanie est un pays pauvre, où la vie est chère. La démographie y est très singulière : certaines sources disent qu’il n’y a que 20 % de Jordaniens de souche. Les autres sont des réfugiés palestiniens (60 %), syriens (10 %) ou irakiens (7 %). La fin de la crise syrienne devrait toutefois soulager l’économie jordanienne.

Hugues Lefèvre

(1) Professeur de philosophie et de théologie à l’Université catholique de Lille, auteur notamment de Géopolitique des chrétiens d’Orient, L’Harmattan, 2013.

 

Antoine Fleyfel: “Les chrétiens d’Orient ne vont pas disparaître”, cath.ch, 27.03.2018

Malgré les difficultés majeures et les défis auxquels ils sont confrontés, les chrétiens d’Orient ont encore un avenir et ne vont pas disparaître. Telle est la conviction du théologien et philosophe franco-libanais Antoine Fleyfel. Dans les sociétés arabes, profondément perturbées par l’islamisme radical, les chrétiens ont un rôle essentiel à jouer pour le dialogue et pour la paix.

cath-info

Auteur d’une Géopolitique des chrétiens d’Orient parue en 2013, Antoine Fleyfel a dressé à l’Université de Fribourg le tableau complexe de la situation des chrétiens dans les divers pays du Proche-Orient arabe. A la dénomination très large de chrétiens d’Orient, il préfère celle plus précise de chrétiens arabes présents dans six pays: Liban, Syrie, Irak, Jordanie, Israël-Palestine et Égypte. Au-delà de leurs diversités évidentes, ces chrétiens partagent trois traits communs: la culture et la langue arabe, la cohabitation avec l’islam et la cause palestinienne.  “Nous sommes des chrétiens de culture musulmane”, ose le professeur de l’Institut catholique de Lille, invité par l’Œuvre d’Orient.

Continue reading Antoine Fleyfel: “Les chrétiens d’Orient ne vont pas disparaître”, cath.ch, 27.03.2018

Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, et la prochaine guerre sera une guerre d’idées, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

أنطوان فليفل: الأصولية تنادي الأصولية.. والحرب المُقبلة فكرية

header-logo

اختار البروفيسور في جامعة ليل الكاثوليكية أنطوان فليفل أن يكون الصوت القوي في الغرب عن الشرق، بحضاراته وفكره وتعدد دياناته وخصوصياته، منحازاً للغة العربية التي يدرسها للمغتربين من خلال مدرسة أسسها للغاية. ناقد آثر أن يكون أكاديمياً جامعياً بدلاً من سلوك الدرب الأكليريكي. منتقداً حيث يجدر الانتقاد، ومصوباً حيث تطغى الأسطورة على الفكر والوقائع. مؤمناً بأن كل مسيحي هو ابن بيئته أولاً، وبأن الآخر المختلف إنما يكمل ولا يلغي. مفكراً صدرت له سبعة مؤلفات وأكثر من مئة مقالة في الفلسفة واللاهوت وجيوسياسة الأديان. مديراً لمعهد اللاهوت التطبيقي في جامعة ليل الكاثوليكية، وأستاذاً زائراً في معهد بيرناردان «Collège des Bernardins» وفي جامعة القديس يوسف في بيروت، ومسؤولاً عن الملف الأكاديمي في جمعية أعمال الشرق (Œuvre d’Orient) التي تُعنى بمساعدة مسيحيي الشرق منذ تأسست في العام 1856.

Continue reading Le fondamentalisme appelle le fondamentalisme, Al-Mustaqbal, 15.03.2018

Qui sont réellement les chrétiens d’Orient ? Hors série Pèlerin/La Croix, 10.2017.

Qui sont réellement les chrétiens d’Orient ?

 chretiens-orient-1_0_250_321

Pour mieux comprendre les éléments de leur identité, Antoine Fleyfel, professeur de théologie, de philosophie et de géopolitique des religions, réfute ou nuance quelques idées reçues.

« Ils sont arabes »
Plutôt vrai

« Chrétiens d’Orient » est une notion extrêmement floue et évolutive. Si l’on part du principe large qu’un chrétien d’Orient est celui qui appartient à un peuple très tôt évangélisé, alors les Éthiopiens, les Arméniens, les Grecs, certains Indiens, Iraniens… sont inclus dans la définition. Si l’on y ajoute les Russes - qui, après tout, vivent en Orient - on arrive à 200 millions de personnes. Néanmoins, de plus en plus, on réserve cette expression pour désigner les onze millions de chrétiens de culture arabe qui vivent au Proche-Orient.

« Ce sont des orthodoxes »

Pas tous

En premier lieu, il faut s’entendre sur le sens du terme « orthodoxe ». En Europe, on pense d’abord à l’Église grecque et l’Église russe qui ont en commun avec l’Église catholique d’avoir reconnu les décisions des sept premiers conciles. Elles ne se sont séparées qu’à partir de 1054, plutôt pour des raisons politiques.

Mais on qualifie aussi d’orthodoxes, d’autres Églises parmi les « Églises orientales ». Ce sont celles qui n’ont accepté que les premiers conciles. Ainsi s’est formée l’église assyrienne qui n’a entériné que les deux premiers conciles (dite jadis Église perse ou Église d’Orient, et qualifiée par ses ennemis de nestorienne). D’autres chrétiens n’ont accepté que les trois premiers conciles et ont formé l’Église copte en Égypte et en Éthiopie, l’Église arménienne et l’Église syriaque (dite par ses détracteurs jacobite) en Syrie. On appelle toutes ces Églises « orthodoxes » pour les distinguer de leurs « jumelles » catholiques orientales, créées à partir du XVIe siècle pour rejoindre la communion catholique en faisant sécession (lire page 72).

Enfin, cas particulier : l’Église maronite, qui se considère comme étant toujours restée du côté de Rome. Même si ses relations avec l’Église latine furent étroites et ont occasionné beaucoup de latinisation, elle a conservé ses rites propres et certains éléments de droit ecclésial qui font d’elle aussi, une église « orientale ». À noter que les catholiques orientaux sont majoritaires au Liban et en Irak (chaldéens).

Continue reading Qui sont réellement les chrétiens d’Orient ? Hors série Pèlerin/La Croix, 10.2017.

Emilie Formoso, Aux sources des chrétiens d’Orient, La Vie, 26.09.2017

280px-La_Vie

L’existence des chrétiens d’Orient s’est rappelée à beaucoup d’entre nous par les exactions de Daech contre les assyro-chaldéens, le calvaire des syriaques pris dans le conflit syrien et les attentats visant des églises coptes. Pourtant, que savons-nous vraiment de ces communautés, pour ne citer qu’elles ? Notre connaissance du christianisme oriental est – avouons-le – souvent insuffisante pour aborder toute la complexité des événements récents. La nouvelle exposition de l’Institut du monde arabe, Chrétiens d’Orient, ouvre à ce titre une parenthèse de réflexion salutaire. En offrant le recul de 2 000 ans d’histoire, son parcours chronologique cerne les subtilités d’une identité chrétienne en formation et souligne le rôle actif que ces communautés ont toujours joué dans les territoires où elles ont vécu. « Loin d’être les résidus caducs d’un passé révolu », souligne Elodie Bouffard, co-commissaire de l’exposition, « les chrétiens d’Orient sont les héritiers vivants d’une riche culture, dans le monde actuel qu’ils ont contribué à construire. »

Une riche culture qui naît avec le christianisme, dans les pas des apôtres. Exposées pour la première fois en Europe, les fresques de Doura-Europos, provenant du plus ancien lieu de culte chrétien connu (242), évoquent les voies de diffusion lointaines du nouveau culte. Quelques pas plus loin, le face à face avec le portrait d’un moine copte des VIe-VIIe siècles rappelle que le monachisme (la vie des moines en communautés) est né dans les sables d’Egypte. « Il s’agit d’une œuvre rare, car ces portraits représentaient surtout des saints », explique Élodie Bouffard. « Elle redonne un visage à ces hommes qui ont fait ce choix de vie, si particulier, de se replier vers le désert pour vivre leur foi. »

C’est dans ce creuset antique que les Eglises d’Orient forgent le visage de leur diversité actuelle. La tolérance accordée au christianisme en 313 par l’édit de Milan permet la constitution progressive d’une orthodoxie… vite contestée. L’effervescence théologique nourrit les querelles, concile après concile. En 431, celui d’Ephèse voit s’éloigner les nestoriens, fondateurs de l’Eglise assyrienne, qui refusent de reconnaître en Marie la mère de Dieu. Après celui de Chalcédoine, en 451, c’est au tour des « monophysites » coptes, syriaques et arméniens de prendre leur distance avec Constantinople, en rejetant la double nature humaine et divine du Christ.

Il faut cependant se méfier des dates, qui donnent à tort l’impression de ruptures rapides et violentes. Le temps long des sociétés n’est pas celui de la politique. La présentation exceptionnelle de l’Evangéliaire de Rabbula, l’un des plus anciens manuscrits chrétiens conservés, le rappelle. « Il s’agit d’un manuscrit syriaque du VIe siècle, rédigé par le moine syriaque Rabbula, et qui a été préservé et utilisé longtemps par les maronites, ces chrétiens syriaques restés fidèles au concile de Chalcédoine. Voici donc une œuvre au contenu dogmatique, qui dépasse les clivages théologiques par son histoire », explique Antoine Fleyfel, professeur de théologie et philosophie à l’Université catholique de Lille, et responsable des relations académiques à l’Œuvre d’Orient. Si les scissions furent réelles, « de nombreux échanges se maintinrent dans les faits entre les communautés, et des tentatives de conciliation œcuméniques ont toujours existé ».

Continue reading Emilie Formoso, Aux sources des chrétiens d’Orient, La Vie, 26.09.2017